Immersion au tribunal judiciaire de Dijon

Partager

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Journée très intéressante en immersion au tribunal judiciaire de Dijon.

La justice est malheureusement bien trop souvent vue sous le prisme médiatique et son fonctionnement est méconnu de la plupart de nos concitoyens que j’encourage à s’y intéresser.

J’ai eu l’occasion de découvrir en détail le fonctionnement du parquet aux côtés de monsieur le Procureur, Olivier Caracotch et de son équipe avec une focale sur la justice des mineurs et ses évolutions legislatives et sur l’intéraction quotidienne du parquet et des enquêteurs de la police et de la gendarmerie.

Des missions parfois difficiles réalisées avec beaucoup de professionalisme.J’ai pu assister à une audience pénale pour échanger ensuite avec Bruno Laplane, président du tribunal judiciaire de Dijon.

Nous avons abordé la question de la justice pour les enfants et pour la famille avec un juge pour enfants, monsieur Rogué et un juge aux affaires familiales, monsieur Benetton.

Nous avons ensuite longuement échangé sur l’accès au droit notamment dans la ruralité qui m’est chère et sur le rôle du conseil départemental de l’accès au droit qui devrait tendre à se développer davantage en Côte-d’Or.Nous avons terminé cette séquence par un échange plus large avec Isabelle Leclerc, directrice des greffes, Stéphane Creusvaux, ancien bâtonnier, et Olivier Caracotch sur les effets des réformes engagées sur le terrain.

Les professionnels reconnaissent l’effort significatif engagé notamment pour les greffes et les services d’insertion et de probation mais aussi sur la réduction des délais de traitement de certaines procédures, même si beaucoup reste à faire notamment sur les difficultés engendrées par de multiples applicatifs informatiques qui ne sont pas toujours opérationnels et bien souvent pas suffisamment interconnectés.Il y a aussi la nécessité d’investir pour pallier au manque de postes de magistrats pérennes alloués aussi bien au siège qu’au parquet qui est aujourd’hui bien inférieur à la moyenne européenne et fonctionne à flux tendu.

J’ai constaté malgré cela que la passion pour cette mission de service public était au rendez-vous chez tous nos interlocuteurs.Je vais encourager mes collègues parlementaires à réaliser le même exercice auprès de leurs juridictions locales pour que chacun puisse prendre la mesure, sur le terrain, de la situation de notre système judiciaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager