Mon engagement

Dès avril 2016, n’ayant jamais appartenu à aucun parti auparavant, j’ai pris la décision de rejoindre le mouvement En Marche! d’Emmanuel Macron. En effet, je voulais prendre part à la transformation de la vie politique impulsée par la modernisation et le renouvellement des représentants et des usages en politique auxquels je crois profondément. Ces évolutions doivent avoir lieu en dehors des clivages gauche-droite qui divisent et affaiblissent nos forces, afin que l’union des volontés amène le progrès et le changement que nous attendons tous.

La vision optimiste et dynamique de l’avenir de la France véhiculée par le mouvement correspond à mes propres convictions. Je suis fermement déterminée à porter cette volonté de changement et à servir l’intérêt général par la défense de solutions concrètes.

En 2020, j’ai choisi de quitter le groupe de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Convaincue que la voix que je portais pouvait trouver davantage d’écho dans un autre groupe, j’ai temporairement rejoint le groupe “Écologie Démocratie Solidarité”, pour finalement faire le choix de rejoindre le groupe MoDem.

Ce changement de groupe parlementaire n’affecte en rien mes convictions profondes. J’ai particulièrement à cœur de porter les intérêts de la France rurale ; ma vie en Côte-d’Or me rendant sensible à ses problématiques. Je pense que les territoires ruraux disposent de multiples atouts qu’il nous faut promouvoir et porter par le biais de projets innovants pour la ruralité mais également par la prise en considération des spécificités des territoires dans la mise en place de politiques publiques.

En circonscription

J’ai à cœur de tenir tout au long de mon mandat, mes engagements pour lesquels les citoyens m’ont élu et accordé leur confiance. Ma volonté est d’impliquer les Français dans les politiques menées, par le biais de consultations et la création de projets communs, mais également d’entretenir ma proximité avec ma circonscription.

À l'Assemblée nationale

Je suis membre et impliquée au sein de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire ainsi que de la Commission des affaires européennes. J’ai également été nommée représentante suppléante au sein de la délégation nationale à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe à Strasbourg. Dans la suite logique de mes engagements, je suis devenue présidente du groupe d’étude sur les enjeux de la ruralité. Enfin, je suis devenue membre de l’Assemblée interparlementaire franco-allemande installée en 2019, et de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation.